Maitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommationMaitre Lucien BEDOC, avocat spécialisé en droit social, droit de la famille, droit de la consommation

Avocat au Barreau du Tarn et Garonne, au Tribunal de Grande Instance de
Montauban, à la cour d’Appel de Toulouse
Tél : (00 33) 5 63 63 03 19 / 09 64 11 12 31

Droit social ou Droit du travail


Avocat au Barreau du Tarn et Garonne, je conseille et défends salariés et entreprises pour que le Droit Social soit respecté de manière équitable.

Le salarié étant subordonné (critère légal du contrat de travail), il est affaibli et a besoin d'être conseillé et défendu dans le cadre du Droit du Travail.
Mais les entreprises peuvent aussi avoir recours à la justice pour faire valoir leurs droits.

fleche noire Régression des droits des salariés

Depuis plus de 20 ans et ça s'aggrave avec la loi du 8/8/2015 dite loi Macron, une régression des droits des salariés se fait ressentir :

licenciements disciplinaires ou pour raison de santé,
• usages plus qu'abusifs des contrats à durée déterminée ou des contrats d'intérim qui sont en fait des CDI dont la rupture est un licenciement abusif,
• déferlante du harcèlement érigé en mode de gestion du personnel,
• heures de travail non payées,
• non application des conventions collectives,
accidents du travail,
• Discrimination.

De nombreuses entreprises jouent au jeu du "pas vu, pas pris", en violant les règles du Code du Travail et en comptant sur l'ignorance et la peur des salariés.
Certaines l'annoncent même d'entrée de jeu : "c’est comme ça et si vous n'êtes pas content, d'autres attendent votre place".

Tous ces abus sont sanctionnés par le Conseil des Prudhommes ou la justice pénale.

fleche noire Droits des entreprises

Les entreprises "correctes" doivent parfois faire face à des agissements malhonnêtes de certains salariés et dans ce cas elles doivent faire valoir leurs droits.

Egalement pour des causes économiques, des entreprises se voient dans l'obligation de ne pas pouvoir maintenir tout ou partie des emplois. Pour ne pas ajouter un conflit à une situation économique difficile, il est préférable d'avoir recours aux conseils en Droit social de mon cabinet.

fleche noire Honoraires

Mes honoraires sont fonction de la mission confiée : conseil et/ou accompagnement d'une procédure en justice. Ils sont fixés dans une convention écrite valable pendant toute la durée du dossier, sans augmentation. Ils sont toujours composés d'une partie fixe et d'une rémunération au résultat.

Les honoraires de travail sont encadrés par un minima et un maxima. Ils seront ajustés au fil du temps entre ces deux "bornes" en fonction de la difficulté du dossier et du temps passé.

Vous avez besoin d'un conseil en Droit Social ou besoin de faire respecter vos intérêts, téléphonez-moi et prenons rendez-vous.

fleche rouge Réagir

Mon ou mes CDD sont-ils légaux ?

Mes missions d’intérim systématiques sont-elles légales ?

Quelles sont les conséquences de l’illégalité des CDD et des contrats d’intérim ?

Ai-je droit à une prime ?

A quel coefficient de ma convention collective puis-je prétendre ?

Est-ce que je peux être licencié(e) durant mon congé maladie ?

Que faire contre le harcèlement ? ...

L'attaque étant la meilleure des défenses, il est préférable de saisir le Conseil des Prudhommes, notamment en matière de harcèlement, avant que la situation soit irréversible.